Ergonomies pratiques : « En venir aux mains ! »

Et si le secours pour nos esprits fatigués venait, de nos pieds certes par la marche salvatrice, mais aussi de nos mains ?

Vous vous souvenez du think-tanker mécano Matthew Crawford et de son « éloge du Carburateur » ?
Non ?

Bon, alors je mets les mains dans le cambouis !

Tout petit déjà, avant même que d’avoir des lunettes et sous prétexte que je préférais la lecture au foot, j’ai été affublé de cette étiquette d’intello qui va de pair avec « incapable de faire quoi que ce soit de ses dix doigts ».
Ainsi, vers mes 15 ans, j’émis l’idée fascinée et passionnée de faire un stage dans un atelier de menuiserie – ébénisterie. L’artisan familier préféra me raboter l’enthousiasme : il ne voulait pas que « j’y laisse un doigt ».
Pourtant, à cette époque-là, je dessinais, je pratiquais le modélisme, peintures et constructions de diorama parfois ambitieux…
Mais bon, là encore, il parait que ce sont des trucs d’intellos…

Bref, depuis quelques temps, pour vraiment me détendre quand je ne peux pas aller crapahuter dans les verdures fraiches, j’ai décidé de me (re)mettre au manuel.

Réaliser de mes mains si longtemps diffamées, des créations qui focalisent aussi mes neurones. Elles les empêchent de divaguer sur de sombres réalités polluantes suscitées par le marasme ambiant.

Retour aux casseroles d’abord avec des recettes inédites, réalisées sans robots.

Puis… Confection de gâteaux.
Anodin ?
Non, je ne mange pas de sucré ou peu… Du coup, je n’en avais quasiment jamais fait.

Un plus grand saut encore, anticipé depuis longtemps : le modelage de visages. Je m’y suis enfin mis, il y a une quinzaine, un œil sur un tuto, l’autre sur tout le reste.
Je suis moi-même étonné du résultat.

Des résultats !

Car malgré les (at)tensions imposées par cette vraie première, je suis sorti fier et détendu de cette après-midi, volée au temps et à l’efficacité.
Plus souple aussi, tant il est évident au bout des doigts que le mieux est le terrible ennemi du bien.

J’avais déjà amorcé le virage depuis quelque temps et j’essaie de réparer ce que je peux réparer. De « faire » plutôt que d’acheter.

Cette focalisation tranquille du manuel efficace désembue mon mental.
Elle m’offre aussi d’autres points de vues pertinents pour mon travail et ses diverses facettes.

N’hésitez pas, donc : venez-en aux mains !

© Georges FOVEAU – janvier 2024

Laisser un commentaire

(*) Obligatoire. Votre email ne sera pas publié