Intelligence et créativité 2 : les Brassards de Poupie

Pour sa première apparition dans le GN « Le Thane du Nadir » 3° époque (cf. la chronique précédente), la première mission de Poupie est donc de personnaliser ses brassards en cuir…
Il a fallu d’abord passer légèrement les supports de cuir au papier de verre afin que la peinture acrylique accroche bien.
Sans trop trahir les secrets du personnage, disons que cette très jeune fille va être liée à un élément féminin. Il lui fallait donc le symboliser sur ses brassards.

Premier motif choisi, celui de la cascade
Après quelques hésitations, Poupie se décide pour un motif figuratif qu’elle va elle-même créer.
Elle le peint directement à l’acrylique sur le brassard. Elle commence par la chute d’eau et la rivière subséquente.
Puis, elle figure les deux pans de falaise. Elle les agrémente de reliefs…Avant « d’écumer » le sommet de la cascade.

Deuxième motif, stipuler du « celtique »
Sur son second brassard, Poupie veut donner un effet plus « celtique ».
Elle cherche donc des saumons celtiques sur un moteur de recherche à lunettes. Elle choisit un motif très vif. Elle décide de l’interpréter en bleu. Puisqu’il est bien connu, depuis le Barde Éluard, que le saumon est bleu comme une orange. Les illustrations sont d’ailleurs là pour le prouver à n’importe quel Saint Thomas anachronique.

Là, la méthode se fait plus rigoureuse. L’image est sélectionné pour son aspect celtique. Elle est imprimée. Mais elle est très grande. Après quelques tâtonnements sur les pourcentages de réduction du saumon, la bonne taille est trouvée.
Le motif est soigneusement découpé. Il est fixé sur le brassard avec de la pâte auto-adhésive.
Poupie peint les contours et les parties les plus stratégiques en suivant le modèle avec son pinceau.
À ma grande surprise, Poupie refuse d’évider plusieurs gabarit pour procéder façon pochoirs pour les détails celtisants. Elle préfère suivre le modèle en exécutant ses entrelacs à main levée…

Ambiance bruine
L’ambiance très britone de ce jeudi pluvieux bouche un peu la luminosité de la salle à manger transformer en atelier créatif depuis le matin… Poupie réquisitionne donc ma frontale de running qui, polyvalente avec grâce, passe sans effort de l’effort sportif à la concentration créative.

Une artiste frontale…

Au final ?

Deux brassards de très belle qualité mais un peu impersonnels deviennent ceux d’un personnage spécifique.

À suivre…

© Georges FOVEAU – mars 2020

1 comment

  1. Pingback :Intelligence et créativité, 3 : le collier clanique et... plus si affinités • Georges Foveau

Laisser un commentaire

(*) Obligatoire. Votre email ne sera pas publié